l’avenir… c’est Vivre…

Réponse à « Vivre » une « jeune » fibro s’inquiètant sur le sens de son avenir avec la fibro…


L’avenir… la fibro me l’a drôlement chamboulé !
J’avais posé des jalons pour allez par là
et alors toc elle a tout bloqué
elle m’a envoyé dans le mur de l’incompréhension
j’en suis à me dire bon reprenons notre souffle
aie ça fait mal quand l’air rentre
tiens tiens ça me rappelle quelque chose !
il parait que le nouveau né aussi
a mal la première fois quand l’air rentre…


la fibro m’offre de renaitre différente…
Ok de toute façon c’est elle qui s’impose
je ne l’ai ni choisi ni invitée !
Donc elle est là et fera partie de mon avenir
pour pas mal de temps encore
pour toujours peut-être…
quelque soit la durée de ce toujours

je viens juste de naitre à cette vie différente
je suis assise par terre,
j’ai froid je pleure
je ne comprends rien à cette nouvelle vie
je ne comprends pas comment je pourrais
avoir un avenir dans ce corps ci
je me sens seule et si fragile

mais bon
était-ce vraiment mieux
il y a 46 ans ?

pas sure…
et j’en ai fait des choses durant tout ce temps !

à vingt ans j’avais pleins de projets :
Je voulais mon mari pour la vie

je voulais 6 enfants une maison un travail…
j’ai divorcée
vendu déja 2 fois la maison que j’avais acheté
j’en suis à mon 15ème logement…
quitté quatre hommes depuis mon divorce
j’ai trois enfants de deux lits différents
au fond rien de ce que j’imaginais être mon avenir…

l’avenir n’est qu’une projection de possible
qu’un rêve sur un temps qui n’est pas advenu
plein d’imprévisible et d’inconnu
on change, on s’adapte, on vit…
on fait des projets, on tend vers un style de vie
tout le reste n’est qu’adaptation permanente

L’avenir… c’est pas un chemin qui est devant
l’avenir n’a pas plus de réalité que les rêves de gosses
ton avenir… c’est ce que tu vivras demain
en fonction de ce que tu vas faire aujourd’hui

Je me dis : alors… qu’est ce que tu décide de faire aujourd’hui,
là, maintenant, pour avoir une plus belle vie demain
qu’est ce que tu mets en place pour vivre mieux ?
notre avenir n’est pas écris ou tracé
il est ce que nous en faisons
avec et par les obstacles qui nous transforment

la fibromyalgie est un changement dans une vie
elle n’empêche pas de se construire des joies
elle modifie notre rapport au monde
mais comme tout gros changement dans la vie d’un être
perdre un enfant aussi ça change une vie…
mais en faire un aussi…
et je ne vais pas énumérer tout les gros évènements qui bouleversent…
on en vit tous…

vivre avec la fibro
je crois que c’est vivre
vivre différemment que sans
oui, et demain sera

et demain est… imprévisible
et je m’y veux actrice et libre
qu’importe si mes projets se réalisent ou non
Ils sont les jalons indispensables
pour oser avancer dans la trop haute neige…
Ils n’augurent pas de ma destination

 



La cothérapie

se pratique quotidiennement sur…Fibro’Forum

 

Elle a un coté rat pi l’autre coté fibro…

Vous imaginez pas !

Une cote et rapidement elle s’effondre

J’vous raconte pas !

C’est un trop de larmes qui conduit un jour à l’à coté rape ivre

Parce que si la maladie bien à raper mes ailes

La cothérapie m’a offert elle d’oser aimer vivre, en marchant.

 

Ben si justement j’vous raconte

C’est une drôle d’aventure

Etre vivante libre vibrante

Active pansante et réfléchis

Etre libre et en devenir

 

Puis soudain l’effondrement de son corps

La douleur la fatigue mille petits troubles

Qui l’envahissent la camisolent et la troublent

Lutter et se débattre refuser renoncer et pleurer

Et puis un jour…de grande solitude voir de la lumière

Et entrer dans ce grand forum des très pâles fibro…

Et découvrir qu’ils sont drôlement vivants pour des malades !

C’est pleins de couleurs ! De toutes les couleurs de la vie

Y’a même tellement de vie qu’on se demande

Si on est pas tombé dans un nid… un nid de vie

Les fibro seraient-t-ils des hyper vivants ?

Hum pas impossible

en tout les cas ici ils sont organisés

c’est un genre de plaque tournante ensoleillée

ils viennent de partout, et ils communiquent

ils s’entraident, se supportent, partagent, se réconfortent

ils échangent connaissances et ptits trucs

expérience et questionnements

ils aident à comprendre comment vivre avec

ils aident à voir que la maladie n’est pas qu’un fardeau

que dans toutes choses on peut découvrir du positif

ils ne sont pas résigné ni passif

ils savent juste ou placer leur guerre

ils savent donner plus que les autres

mais apprennent peu à peu à ne plus le faire

au détriment d’eux même

à ne pas s’activer toujours

à plus prendre le temps d’y penser…

à ne plus dire oui toujours

à relever le nez…

oui la cothérapie

c’est ça

apprendre

que notre maladie

c’est pas qu’un frein

mais surtout un changement de direction

et que sur cette nouvelle route

on est bien moins seul que sur l’ancienne

Ce forum est un formidable lieu de rencontre

Entre soi et soi… entouré de tous les autres



Je ne sais plus rien… après

Je ne sais plus si c’était le jour où j’étais oiseau… lorsque j’ai soudain vu l’intérieur de la gueule du chat

Où plutôt celui où j’étais mineur tenant au bout de ma perche de bois la chandelle à la flamme dansante pour séduire le grisou…

Où est-ce la nuit où j’étais biche, avec le sabot coincé dans le rail, à cet instant où j’ai sentis le glacé du métal à pleine vitesse qui allait m’éparpiller ?

Je ne sais plus si c’était quand j’étais branche de hêtre pourpre supportant le poids de l’innocent pendu et que l’orage zébra le ciel jusqu’à feu ma base…

Où peut-être le soir où j’étais grenouille pressée de m’accoupler, traversant la nationale, éblouie par les phares des voitures ?

Où encore cette nuit de brouillard givrant où j’étais perdu en montagne et où j’ai su que je ne ferait pas un pas de plus…

Est-ce le jour où j’étais soldat, me battant sans savoir pourquoi sachant seulement que cela s’arrêtait, là maintenant…et si brusquement…

Est-ce que c’est quand j’étais veau, grandit entre béton et gavage, j’avançais enfin vers l’aiguillon électrique du camarade boucher ?

Est-ce que c’est quand je jouais enfant au pied du volcan qui a explosé ?

Je ne sais plus qui j’étais, ni quand c’était…

Je sais juste

Qu’après…

Je n’ai plus souffert

Et qu’avant…

Je vivais.



Violence conjugale |
Psychothérapeute PAU |
Soleil levant |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Conseil de l'Ordre Inf...
| 89-91 avenue du Léman Bonne74
| Naturopathie